Le mot de la semaine est « technocrate »

Publié le par Charles Lemercier

♦ L'Union Européenne, dans la tourmente, est jugée comme trop technocratique

Aux bouts des lèvres des hommes politiques, notamment depuis que le « Brexit » a été légitimé par référendum, la technocratie s'invite partout. Est technocrate un haut fonctionnaire ou responsable politique qui fait prévaloir des conceptions administratives et techniques sans prendre en considération leurs conséquences humaines et sociales. A titre d'exemple, les candidats à la primaire de la droite et du centre tels que Alain Juppé dans Vie Politique (TF1) ou Bruno Le Maire dans Le Supplément (Canal+) affirmaient rejeter la technocratie. En effet, tout candidat et responsable politique se veut proche du peuple et des électeurs. Leur action doit concerner le citoyen pour le séduire et donc prendre en considération ses problèmes, en théorie. Libération qualifiait François Hollande de « technocrate compétent égrenant le chapelet des nombreuses réformes engagées depuis le début du quinquennat », après son intervention dans Dialogues citoyens, en avril sur France 2. Dans le camp du Président, Emmanuel Macron est lui aussi perçu comme « trop technocrate, trop éloigné du peuple », d'après les internautes du FigaroVox.

Le rejet britannique de l'Union Européenne exprimé par référendum fait resurgir ce terme péjoratif de technocrate dans le débat public. Les instances européennes sont pour une partie de l'opinion publique jugées trop éloignées des citoyens. Cette instance serait au-dessus des intérêts nationaux et locaux, elle guiderait de manière verticale les États membres avec l'influence et l'implication d'experts. Autrement dit, ces experts théoriques seraient loin des réalités. On parle de système politique technocratique.

Publié dans Actualité

Commenter cet article