Ma petite « histoire » avec Roxane Griff

Publié le par Charles Lemercier

Eric Raffin, bras levés, célèbre sa victoire dans le Prix de Cornulier.
Eric Raffin, bras levés, célèbre sa victoire dans le Prix de Cornulier.

Assurément une jument pas comme les autres, Roxane Griff termine sa carrière couronnée de succès. Elle nous quitte presque brutalement parce qu'elle atteint le plafond d'âge, merci championne !

Le samedi 4 avril 2009, je pars en camion pour Vincennes avec un partant de Thierry Raffegeau nommé Rêve d'Un Jour. La journée est merveilleuse, ma première fois à Paris-Vincennes. Les belles courses s'enchaînent. Potin Meslois gagne la première montée, Tony Le Beller enlève l'événement avec Coolman Crown, je me souviens avoir plaisir d'assister à une course autostart. Royal Lover devance Roc Meslois et Repeat Love dans le premier semi-classique du jour, je ne manque pas de demander un autographe à Jean-Pierre Dubois aux balances. Bref, que du bonheur. Quand vient le moment de préparer Rêve d'Un Jour qui revenait de son heat, j'entends les commentaires de la septième épreuve, un autre groupe II. Ravanella s'impose devant Rhéa Pride. Je ne sais plus pourquoi mais le nom de la pouliche qui termine troisième, une certaine Roxane Griff, m'avait marqué. La drive de Jos Verbeek, qui lui était associé ce jour-là ? Peut-être l'avais-je croisée dans les écuries ? Elle avait déjà participé aux classiques montés avec les Rêve des Vallées ou autre Replay Oaks l'hiver précédent desquels je ne manquais aucune prestation, c'est une autre explication.

Deux an plus tard, alors que la fille de Ténor de Baune s'opposait aux meilleurs de sa génération dans les deux spécialités mais toujours en dessous des Rombaldi, Rieussec, Rocklyn etc. avant de redescendre de catégorie, je pars le mercredi 27 juillet à nouveau pour Paris mais cette fois sur le Plateau de Soisy avec Ton Copain dans le camion. Après un trajet chaleureux avec Damien Bonne notamment, je me place en tribune avec papa pour la première, à savoir le Quinté+, le Prix de la Chaussée d'Antin (80.000€, Groupe III). Jean-Michel Bazire est grandissime favori avec Scouby Djob. Roxane Griff s'élance aux 25 mètres, prend un bon dos et vient gagner comme une jument déclassée, laissant Speedo Graffiti à plus de 30 mètres sous une pluie de « Allez Roxane ! », plusieurs enfants se soulèvent et crient à leur tour. En effet, madame Bertrand avait initié les encouragements à quelques mètres à peine de mon père et moi. La démonstration de leur jument est grande, son talent est immense. Cette course événement plutôt anodine est le début d'une série qui conduira la pugnace alezane aux sommets. Le Prix de la Haye (Groupe II) lors de sa sortie suivante, puis l'ex-Prix d'Europe (devant Commander Crow s'il vous plaît). Qualifiée aux points pour « l'Amérique » 2012, ses gains sont multipliés par 2 de cette course tremplin au Prix d'Amérique. Deuxième surprise de la course reine, elle prend sa revanche sur Ready Cash dans le Prix de Paris, son premier titre classique. La protégée de Sébastien Guarato dépasse le million d'euros de gains. La jument de cœur des amateurs français prend de nombreuses places au plus haut niveau et possède dès 2013 un record de 1'10''3. Elle renoue avec le trot monté et par une victoire dans le Prix Reynolds en octobre 2013, trois années après avoir quitté la spécialité. Roxane Griff brigue le Cornulier 2014 (à 11/1), courageuse 4ème du Prix d'Amérique avant de se balader dans le Prix de l'Ile-de-France. Depuis, elle a signé un doublé rare dans le Cornulier. La jument de l'Ecurie Griff est le seul trotteur à l'avoir emporté à l'âge de 10 ans. Elle termine ainsi sa carrière exceptionnelle comme la jument la plus riche de l'histoire, plus qu'une Olga du Biwetz (près de 2.200.000€ de gains) et proche du mâle Ready Cash et ses 4.282.300€ de gains. Nul doute que les images d'Eric Raffin, bras levés et sans les rênes, vous resteront longtemps en tête. Encore merci Roxane !

Publié dans Hippisme

Commenter cet article