Golden Arc !

Publié le par Charles Lemercier

La joie de Dettori au passage du poteau.
La joie de Dettori au passage du poteau.

Paris et notamment Longchamp accueillait la plus grande course du monde : le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe. Retour sur un week-end des plus géants !

Voilà des mois que la planète des courses l'attendait, l'événement a bien eu lieu. La course la plus prisée, courue ce dimanche à l'heure du goûter pour certains a rendu son verdict : le 3 ans Golden Horn monté par la légende Lanfranco Dettori a fait preuve d'autorité pour donner à son entraîneur John Gosden son premier Prix de l'Arc de Triomphe. Cet événement regardé par près d'1 milliard de téléspectateurs à travers le monde, dans plus de 45 pays, soit autant que le clasico entre le FC Barcelone et le Real Madrid, a fait vibrer la planète le temps de 2400 mètres. Il faut souligner que cette année, l'engouement a été amplifié par Trêve, qui pouvait réaliser un triplé inédit dans l'Histoire de ce sport, le projet Follow Trêve (http://jeunedu21eme.over-blog.com/2015/07/treve-le-nouveau-visage-des-courses.html) initié par France Galop a ainsi donné une autre dimension à cette course, au-delà de l'aspect sportif, Follow Trêve a permis de donner un parfum humain à « l'Arc ». On a pu suivre une équipe autour d'une championne. Mais bien sûr, à pousser le rêve à son maximum, en impliquant le public dans un challenge qualifié de « fou » par Christiane Head-Maarek, l'entraîneur de la double tenante du titre. Grâce au site internet et surtout aux réseaux sociaux, nous avons pu suivre en ses entraînements, et sa « vie » d'athlète...

Et puis, récemment, le sport hippique s'est invité parmi les sports nationaux comme le jockey Maxime Guyon, multiple vainqueur de Groupe I notamment cette année avec le champion Solow, qui s'affichait dans L’Équipe Sport&Style et évidemment Trêve – encore et toujours, c'est bien normal – qui se voyait consacrer un reportage dans Stade2 puis un papier dans l’Équipe Magazine, magnifiquement intitulé « Au triple galop ». Les équipes de France 3 ou de TF1 l'ont également suivie. L'épreuve créée en 1920 est considérée comme la plus grande course du monde. Pour couvrir l'événement, plus de 600 journalistes étaient présents. D'un point de vue financier, le sponsor majeur, le Qatar Racing and Equestrian Club, comprenez le Qatar tout simplement, placarde le nom du pays du long de la ligne d'arrivée jusqu'aux Champs Elysées. Le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe donc, est dotée d'une allocation de 5 millions d'euros. Le « naming » représente un montant annuel de 6 millions d'euros, leur engagement sur 15 ans s'élève donc à 90 millions d'euros. Leurs investissements dans les courses ont débuté bien avant ceux au Paris Saint-Germain, le partenariat avec France Galop date en effet de 2007. Le budget communication représente lui cette année 4,2 millions d'euros. Sur l'hippodrome, on y trouve des salons aux couleurs de Doha, des démonstrations de coutumes Qataris entre autres. Sur l'ensemble du week-end, les sommes sont ahurissantes ! Sur 17 courses, l'allocation moyenne est de 530.000€, soit un chèque qatari de près de 9 millions d'euros pour rémunérer jockeys, entraîneurs, propriétaires et éleveurs. Golden Horn a donc empoché 2.857.000€ pour sa victoire, un montant supérieur de 1 million d'euros à celui du vainqueur de Roland Garros ! L'horloger Longines ou le groupe pétrolier Total ont également sponsorisé une épreuve.

Côté résultats, le duo du week-end est un duo qui a déjà gagné l'Arc avec Zarkava en 2008, il s'agit de Christophe Soumillon, le jockey multiple cravache d'or et un des meilleurs metteurs au point français. Ces deux compères ont brillé dans les Groupes II avec Vazirabad puis Candarliya. Malheureusement, leur tentative dans l'Arc avec la grande Dolniya a été un échec, 5ème en 2014, la jument qui porte les couleurs du Prince Aga Khan a été stoppé, obligeant Christophe Soumillon à décliner la lutte...

Ultra et Covert Love ont fait impression, le premier est un poulain âgé de 2ans, son entraîneur, le redoutable André Fabre a affirmé qu'on le reverra avec de hautes ambitions dans le prochain Prix du Jockey Club à Chantilly. Alors que la seconde a glané « l'Arc des Pouliches », le Prix de l'Opéra Longines en championne, montée par Patrick Smullen. Alors qu'elle semblait dépassée par Jazzi Top, elle n'a pas eu besoin de forcer son talent pour briller. We Are, la française a terminé magnifiquement 3ème.

Le sommet de ce dimanche 4 octobre était un Arc de Triomphe avec du suspens. Alors que les parieurs voyaient Trêve favorite (18/10), cette dernière pouvait laisser une trace dans les mémoires, elle termine courageusement 4ème. « Criquette » Head regrettait son départ lent, mais reconnaissait avec lucidité que sa championne n'avait pas eu son déclic habituel. Elle part donc au Haras en Normandie, ses progénitures seront grandement suivies. Le gagnant, Golden Horn a conclu son année riche par un sacre jugé « facile » par son jockey. « Peut-être le meilleur cheval que j'ai monté dans ma carrière », lançait-il après son tour d'honneur. « Frankie » Dettori a pourtant gagné 3 « Arcs » avant celui de 2015, et gagné plus de 200 Groupes I. Golden Horn était étincellant tant il a montré de la facilité en galopant derrière les chevaux du Prince Abdullah. New Bay second favori est 3ème, son compagnon de casaque Flintshire déjà second l'an passé, retrouve le premier accessit. L'autre 3 ans Erupt, vainqueur du dernier Grand Prix de Paris cet été est 5ème. Quel week-end ! Quelles courses ! Les courses dites sur le déclin ont offert ce qu'elles avaient de plus beau, une nouvelle légende et des émotions.

Publié dans Hippisme

Commenter cet article