Ils ont aligné les bâtons

Publié le par Charles Lemercier

Ils ont aligné les bâtons

Enchaîner les succès, monter de catégorie, parfois même atteindre le niveau semi-classique voire classique, c'est ce qui nous fait aimer ces trotteurs d'exception. Chacune de leurs participations attirent notre attention sans égal, notre souhait est de les voir ajouter un bâton à leur papier qu'on pourrait qualifier de clean-sheet dans le football. Notre affection va bon train, ils sont nés pour briller. Voici la liste non-exhaustive de ces trotteurs magiques.

Bold Eagle

Le fils de Ready Cash est un grand champion, il s'est imposé comme chef de file de sa génération avec Bird Parker. D'abord sous la main de Jean-Etienne Dubois, Bold Eagle commence sa série à Bordeaux-Le-Bouscat. Vainqueur de Groupe III en juin sur la cendrée, Bold Eagle gagne le Prix Victor Régis, premier de ses cing semi-classiques dans cette série. Il arbore ensuite les couleurs de Pierre Pilarski et passe chez Sébastien Guarato. Dans son style atypique, sans grande impression, il brigue quatre autres Groupes II et deux Groupes I : le Critérium des 3 ans et le Prix de Sélection, avec la manière ! Il porte ainsi sa série à 12 victoires, avant de surprendre avec une dernière place dans le Prix Gaston Brunet en avril dernier pour des raisons de santé. Nul doute que ce crack relancera la machine pour longtemps !

Roc du Clos

Une série moins importante mais tout aussi passionnante, celle de Roc du Clos. Le protégé d’Hervé Gilles a démarré sa carrière sur les chapeaux de roues en 2008. Il débute en province, sur l'herbe d'Erbray. Il bat ses adversaires à chaque reprise et se fait un nom sur les champs de course, Josselin, Agon-Coutainville, puis Laval. La manière est simple, c'est tête et corde d'entrée, gagnant toujours ou presque de bout en bout. Sa première à Vincennes est une rentrée, Jean-Michel Bazire et Rythme and Blues récents vainqueurs à l’époque étaient favoris. Sereinement, Roc du Clos contrôle les opérations, et s’impose. Il confirme alors tout le bien qu'on pense de lui et sa musique remarquable laissait envisager le meilleur. Il gagnait ensuite à Enghien, encore facile. Il perd son invincibilité à Vincennes, terminant 3ème de Rio du Rib. Rieussec et Rombaldi étaient de la partie ! Il fera une carrière courte mais honorable en Province, encore capable de coups d'éclats dans les Grands Prix comme à Graignes par exemple où il rendait 50 mètres.

Ténor de Baune

Le bel alezan de Jean-Baptiste Bossuet est le pur exemple de cheval qui aligne les victoires, il s'est présenté invaincu au Prix d'Amérique 1991, qu'il a par ailleurs remporté. 29 succès consécutifs avant le Graal. L'Histoire voudra qu'après 30 courses remportées, il sera battu dès sa sortie suivante. Ainsi Paul Viel et Ultra Ducal (3ème de l'Amérique derrière Rêve d'Udon second, et le fils de Le Loir donc), devenaient célèbres pour être les premiers à battre « l'invincible ». Jamais Ténor de Baune ne retrouvera son meilleur niveau, il ne remportera même plus de Groupes par la suite. Ce remarquable cheval de course et étalon donnera son nom à une préparatoire directement qualificative au Prix d'Amérique. Orla Fun, entraînée par Jean-Baptiste Bossuet prenait son ticket en 2008 pour le Prix d’Amérique. Comme un clin d’œil dans l’Histoire, elle sera 3ème avec Loïc Guinoiseau de la course aux 1.000.000 d'euros cette année-là.

Rachmaninov Seven

Sacré cheval que ce Rachmaninov Seven, son nom l'a rendu célèbre, son propriétaire Maxime Le Forestier également. Son talent n'y est pas pour rien non plus : 10 victoires consécutives. Après avoir débuté par une disqualification, il soigne sa 2ème sortie à Châtelaillon-La Rochelle. Il se balade ensuite à Vichy, écrasé d'argent. Sous la houlette de Jean-Michel Bazire à cette période, le fils du champion Korean débute victorieusement à Vincennes, son accélération finale a été fatale. En Mars 2009, Rachmaninov Seven brille dans le Prix de Gueugnon où il montait de catégorie. Son sprint final écœure ses poursuivants. Le très doué Rieussec prenait le premier accessit. Il enchaîne en patron dans le Prix Maginus, en résistant toute la ligne droite à une certaine Roxane Griff. Il dépasse les 100.000€ de gains à 4 ans, capable de briller facilement, de résister aux attaques ou de s'empoigner pour ajuster les fuyards, il est merveilleux ! Sa belle série prend fin lorsqu'il est disqualifié après enquête d’une 3ème place, cette course sonnait comme l'éclosion d'un champion hors-normes, Rapide Lebel ! Le champion de Maxime Le Forestier ne retrouvera pas son meilleur niveau malgré quelques belles places, il ira dans le sud puis à l'étranger.

Unique Quick

Up And Quick est devenu la référence depuis qu'il a pris une autre mesure, avant lui, le « U » en vogue de l'écurie Quick Star était le fils de Prince d'Espace, Unique Quick. Après un début de carrière à double tranchant, soit premier, soit disqualifié, le pensionnaire de Franck Leblanc alors âgé de 3 ans en 2011 débute sa série hivernale comme favori dans une course B dotée de 48.000€ de gains. Il rencontre Un Mec d'Héripré dans une course A qu'il remporte avec Franck Nivard. C'est directement dans une course classique, le Critérium des 3 ans que Franck Leblanc le présente. Il brille en outsider avec son entraîneur au sulky, pourtant habitué à faire mener. Toujours à la drive, le metteur au point Mayennais poursuit sa lancée avec les Groupes II Prix Tonnac-Villeneuve et Ephrem Houel. Unique Quick assoit son statut à 4 ans face au redoutable Uniclove. Le choc face à Timoko dans le Prix de Sélection tourne à son avantage, sans déboucher il surclasse ses rivaux même s'il possédait 50 mètres d'avance sur le crack de Richard Westerink. Sa belle et surprenante série s'arrête sur une disqualification dans le Prix Gaston Brunet. Une tâche noire infime sur le papier puisque Unique Quick s'imposait 15 jours plus tard dans le Critérium des 4 ans, et comment ! Sa carrière s'arrête à 5 ans, malheureusement pour le spectacle, avec près de 700.000€ de gains s'il vous plaît !

Quemeu d'Ecublei

On aime déjà les chevaux d'âge sous la selle, mais ceux qui gagnent à répétition, c'est encore plus fort. Ce fils de Jet Fortuna était compliqué en début de carrière et a été castré. Le représentant de Frédéric Prat avait à l'âge de 3 ans déjà brillé à 5 reprises consécutives sur le Plateau de Gravelle. Il était alors associé à Eric Raffin. Après de nombreuses performances mitigées, il atteint le haut niveau au trot monté en remportant le Prix de l'Ile d'Oléron devant Oyonnax, Priscillia Blue, Prince de Montfort, ou encore Plenty Pocket. Sans une course attelée où il a été disqualifié, il aurait compté 9 succès de rang au lieu de 7. Associé à Jonathan Carré, Quemeu d'Ecublei remporte notamment le Prix Yvonnick Bodin, Jacques Andrieu, Henri Desmontils et Théophilie Lallouet. A son tableau de chasse, on compte des vedettes telles que Nymphe du Dollar, Nègre du Digeon, Quactus Léman, Or de Jade, et Marathon Man. Sa musique parfaite s'arrête en nocturne où il rendait 25 mètres, avec le succès de Quauvin et de Matthieu Abrivard. Ces sept victoires ont apporté 360.000€ de gains au champion. Il gagnera encore 7 victoires dans des Groupes II. On se souviendra de son gros moteur, de ses succès saignants, de sa lutte fantastique avec Quarla et de sa rivalité avec un certain Roi du Lupin. Le champion de Francis Garner n'a jamais battu Roi du Lupin, mais il terminera sa remarquable carrière avec plus de 1,4 millions d'euros de gains !

Tucson

« C'est un extraterrestre », s'exclamait Jos Verbeek au micro d'Equidia un soir de courses à Vincennes. En effet, à cette période, rien n'échappait au cheval de Philippe Allaire. Il a enlevé 5 courses d'affilée avec toujours autant d'aisance chez les 2 ans. Il gravit les échelons en brillant dans le bon prix Ourasi devant un futur bon, Torino d'Auvillier. C'est justement ce dernier qui le devance dans leur premier semi-classique, le Prix Emmanuel Margouty. Série courte mais remarquée. Tucson gagnera tout de même deix Groupes II, les Prix Paul Viel et Prix Kalmia mais sans jamais briller dans les Groupes I, barré successivement par Torino d'Auvillier, The Best Madrik ou encore Timoko. Le fils de Cocktail Jet passera sous la selle avec de la réussite, il gagnera un Gr.II monté en devançant Texas Charm et Tango Quick. Il ne retrouvera jamais son bon niveau du temps qu'il était poulain. Après avoir été « cassé », Julien Le Mer a tenté une réapparition en 2013 aux Sables, deux ans après sa dernière course. Il terminait 7ème de Ready Cash. C'était sa dernière sortie, il est maintenant un étalon, et plutôt bon !

Biche des Clos

Quelle perle ! 7 victoires de suite, et un parfait exemple de cheval qui monte de catégorie. La fille de Rolling d'Héripré franchit inlassablement les paliers sans jamais connaître la défaite, et quand c'est en début de carrière, on adore ! Biche des Clos débute à Vire où elle gagne facilement. Au Mans, elle part nerveuse , puis a répondu à Mathieu Mottier en pouliche de talent, capable successivement de se rapprocher, de prendre la tête et d'accélérer à nouveau pour vaincre Blue Grass. Débuts victorieux mais laborieux en région parisienne, du côté d’Enghien-Soisy. Biche des Clos a dû s'empoigner pour passer le poteau en tête. Une balade à Vincennes, puis une autre à Enghien. Elle commence à se faire un nom. Les allocations vont croissantes au fur et à mesure des compétitions. En août, elle trouve sur son chemin la talentueuse Billie de Montfort ! Déjà titulaire du Critérium des Jeunes (Gr.I) et de trois semi-classiques, elle est la chef de file des pouliches de cette génération. Mais dans ce Prix Guy Deloison, Billie de Montfort se fait voler la vedette par Biche des Clos. Ces deux pouliches se font les 2175m en 1'12'' ! Ce n'est que partie remise puisque la pensionnaire de Dominique Mottier devance de peu mais devance Be My Girl et Billie de Montfort dans le Prix Uranie. Arrivée au niveau classique, encore fraîche puisqu'elle n'a pas bataillé dans les précédents Groupes I de la génération, elle voit sa série s'arrêter dans le Prix de l'Etoile, battue par un étonnant Black d'Avril. La rivalité avec « Billie » continue, Biche des Clos est deuxième du Prix Reine de Corta, mais brille assurément devant la fille de Jasmin de Flore dans le Prix Anick Dreux. Avec un parcours pas des plus simples, elle est 6ème du Criéterium des 3 ans, remporté par l'intouchable Bold Eagle. C'est la première fois que la pouliche termine plus loin que la deuxième place. Biche des Clos réapparaît 4 mois plus tard dans le Prix du Bois de Vincennes. La cadette de 4 ans évolue face aux aînés confirmés tels que Viking de Val, Aladin d'Ecajeuil et Akim du Cap Vert. Dans une course marquée par la chute d’Uprince, elle termine à nouveau 6ème. Elle sera à suivre !

Qualita Bourbon

Cette fille de Love You est une championne extraordinaire ! Elle a aligné 13 succès de rang ! La protégée de Jean-Pierre Dubois débute au Mont-Saint-Michel en 2006 à l'âge de 2 ans, battue d'un rien par Quismie de Vire. Dès lors, elle ne sera jamais devancée jusqu'en décembre 2007. La série démarre aux Andelys, le reste à Vincennes. Qualita Bourbon affiche 1'16''5 pour ses débuts sur la cendrée. Elle franchit les paliers, et bat Quokine Berry ou encore Qualie d'Any dans les courses de jeunes. La fille de Love You s'impose sereinement dans les semi-classiques Prix Une de Mai, Gélinotte, Roquépine avant de déposer facilement Quido du Goutier dans le Criéterium des Jeunes. « Qualita » signe son second titre classique dans le Prix de l’Étoile, une performance bouclée en 1'12''5 à 3 ans. C'est dans le Critérium des 3 ans que Qualita Bourbon perd son invincibilité parisienne, Quaro et l'intenable JMB viennent priver la partenaire de Jean-Pierre Dubois d'un nouveau Groupe I. Sa carrière déjà riche, sera embellie par des victoires dans le Prix de Sélection, le Grand Prix de l'U.E.T. à Milan (460.000€ d'allocations), puis une victoire dans le Critérium Continental qui lui permet d'affronter les meilleurs en janvier 2009 dans le Prix d'Amérique, elle terminera 3ème malgré un parcours difficile, surprenant les parieurs (30/1). Sa carrière se termine à 5 ans avec un compte en banque de plus de 1,5 millions d'euros. Elle s'avère bonne poulinière puisqu'elle a produit la bonne Tast of Bourbon ou encore Calita Wood, qui promet une belle carrière.

Publié dans Hippisme

Commenter cet article