Le Hellfest électrise Clisson

Publié le par Charles Lemercier

La douceur italienne de Clisson (Loire-Atlantique) laisse place pendant trois jours à la fureur et au bruit du métal. Près de 150 000 festivaliers vont défiler dans la tranquille ville de 7 000 habitants. Cette présence peu ordinaire ravi les uns et dérange les autres, mais les mentalités évoluent. Présentation et décryptage de la dixième édition du Hellfest !

Clisson, cette ville restée dans les temps médiévaux est bousculée par près de 150 000 festivaliers vêtus de noir et parés de tatouages. Pas moins de 160 artistes sont présents. Le troisième festival de France (140.000 entrées payantes en 2014, 132.000 cette année) est l'un des plus grands européens du genre. C'est un événement immanquable pour les passionnés. Ceux-ci viennent de 70 pays différents. En train, en stop, en camping-car... ils débarquent chaque année au sud de Nantes pour venir voir ce qui se fait de mieux : Slipknot, Limp Bizkit, Mötorhead... Ces noms ne vous disent certainement rien et pourtant ils composent l'affiche principale et jouent sur les « Main stages ». Le Hellfest tient sa réputation d'enfer grâce aux concerts mythiques de Machine Head, Iron Maiden ou de Gene Simmons (le bassiste de Kiss). Il y en a pour tous les goûts avec du heavy metal, du hard rock, death et black metal ou encore une scène punk. C'est un véritable « paradis » pour les métalleux. Cet engouement et cette présence de masse provoquent diverses réactions chez les habitants. En 2006, date de la première édition, c'était plutôt mal vu par les Clissonnais. Ce monde si particulier intriguait et pouvait faire peur. Il dérangeait même, avec le bruit, les déplacements, les campeurs dispersés partout. Mais au fur et à mesure, il s'est ancré dans le paysage et le calendrier local. Son organisation s'améliore d'année en année. Par ailleurs, la mairie a organisé une visite du site pour les personnes de plus de 65 ans, qui a beaucoup plu. « Tout est super chouette », se réjouit Claudine, une habitante. Bien que les épreuves du baccalauréat soient délocalisées, le Hellfest est très apprécié, notamment des commerçants. En effet, les terrasses des bars et des restaurants sont « noires » de monde, les hôtels affichent complet.

Le festival a ses détracteurs, des familles sont agacées du bruit. Dans un reportage de M6, on suivait une famille qui partait en séjour pendant le festival. Autres arguments, le festival serait trop subventionné. Ben Barbaud, directeur du Hellfest, affirme dans Ouest-France que les subventions ne représentent que 1% du budget, il s'élève par ailleurs à 14 millions d'euros. Il est en constante augmentation. Le festival est donc en autofinancement à 99%. Le directeur montre aux médisants le décalage entre les dires et « l'ampleur de la manifestation et les retombées pour la ville et la région ». L'argent générée provient en majorité de la billetterie, à 60%. Elle permet de réinvestir dans l'amélioration du site et les décors.

Le Hellfest est une vitrine de la ville, du terroir. Le vignoble de Nantes est réputé pour son muscadet (vin blanc d’appellation contrôlée). Sur le site, il y a un bar à vins qui a un grand succès. Il est tenu par sept viticulteurs du coin. C'est l'occasion de mettre en valeur leur produit devant tant de visiteurs, voire même de leurs familles qui reviennent dans l'année. Dans Ouest-France, Patrick Héraud, l'un des viticulteurs affirme que les métalleux découvrent la finesse et la richesse du produit. La bière reste l'inconditionnelle du Hellfest avec 190 000 litres prévus par Kronenbourg. Les multiples buvettes répandues sur 40 hectares disposent de fûts de 20 à 50 litres et des camions-citernes de 25 000 litres ! Le département en charge du château médiéval qui domine la vallée de la Sèvre permet l'entrée gratuite dans le monument pour tous, pendant les 3 jours. Belle initiative ! Pour les Clissonnais, le Hellfest est une belle vitrine pour cette ville touristique : « il offre une superbe image de Clisson », sourit Claudine. Il faut le prendre comme une chance, pour certains il faut prendre son mal en patience trois jours.

Une idéologie et une pure création

Qui sont les festivaliers ? La majorité est selon l'organisation des personnes entre 30 et 35 ans, ils viennent en famille le plus souvent. 25 000 dorment au camping, une ambiance particulière à même les champs. Ces derniers sont entourés des vignes, pour bien planter le décor. L'an passé, un mariage y a même été célébré. Les autres dorment dans les 2 500 lits touristiques du vignoble nantais tels que les hôtels, les gîtes ou les chambres d'hôtes. On est loin du compte des 150 000. Ainsi, les métalleux vont sur Nantes, dorment chez l'habitant ou bien à la belle étoile. Claudine reçoit cette année des Français. Elle avait auparavant accueilli des Allemands de la ville jumelée de Klettgau. En plus de rendre service, elle peut apprécier le fait de partager des moments avec ses « locataires » et surtout parfaire son allemand. 

Sur le site, l'ambiance est jugée bon enfant. En plus des vrais métalleux, viennent des jeunes de Clisson, fans de rock par exemple ou encore des invités d'entreprise. Les six scènes peuvent combler tout le monde. Notons que 2 800 bénévoles s'activent pour la réussite du festival, parmi eux, 1100 jeunes de l'association clissonnaise Animaje. Le site du Hellfest est conçu comme une œuvre d'art. Ses décors sont immenses, riches de lumières la nuit. Le Hell City Square devient une vraie ville, semblable quartier de Camden à Londres, avec ses pans de couleurs. Une grande roue a également été montée l'an dernier et revient cette année. L'ambiance 2015 est à l'américaine. Cet ensemble fascinant a nécessité deux mois de montage pour trois jours de fête seulement. L'important pour eux est de créer de grandes mises en scènes et garder du confort et de la convivialité pour les festivaliers : bars, merchandising, extrême market, studios de tatouage... Le festival grandit d'année en année, le nombre de visiteurs aussi. C'est une grande motivation pour ses concepteurs, mais aussi une pression de devoir satisfaire un public grandissant et surtout de le surprendre. On entend dire que le décor est de plus en plus exceptionnel au fil des années. 

Publié dans Actualité

Commenter cet article