J32, le tournant de la Ligue 1 ?

Publié le par Charles Lemercier

Cette saison 2014/2015 est plus que passionnante : le Paris Saint-Germain n'écrase pas le championnat et dans le bas de tableau, la course au maintien est palpitante. Récit d'une journée qui a peut-être tout relancé... même le débat sur les arbitres et la place de Frédéric Thiriez à la tête de la LFP.

Avant son match contre la Juventus mardi, l'AS Monaco ouvrait le bal vendredi soir sur la pelouse du Stade Malherbe de Caen. Les Monégasques se sont imposés facilement 3 buts à 0. Anthony Martial a ouvert la marque, lui qui est de plus en plus en vue dans notre championnat, il inscrit là sa septième réalisation depuis le début de la saison. S'en suivent deux buts du joueur prêté par Manchester City, Bernardo Silva. Le Portugais a battu Vercoutre sur un rush personnel, puis sur une offrande de... Martial évidemment. Cette passe a éliminé trois Caennais, la conclusion est tout aussi belle puisqu'il a achevé Malherbe par un beau piqué.

Conséquences directes sur le classement

Après la « folle » soirée au Stade de France pour la finale de la Coupe de la Ligue ce samedi, l'affiche du dimanche à deux heures opposait deux grands anciens de la Ligue 1, Nantes et Saint-Etienne. Le "Classique". Même si l'époque des Amisse, Denouex, Trossero ou Rocheteau est loin, on pouvait s'attendre à du spectacle bien que la rencontre à l'aller ne nous ait pas fait vivre en dilettante (0-0). Finalement, le FCN perd sur un très beau coup franc de Franck Tabanou. Le reste de la rencontre se résume en un mot : apathique. Nantes laisse voir se rapprocher ses poursuivants sans pour autant perdre des places. Ainsi, seuls 5 points séparent les Canaris du Téfécé, premier relégable avec 35 points. Entre ces deux équipes, on compte dans l'ordre du classement Guinguamp (39 points), Caen (38), Bastia (37), Evian (36), Lorient et Reims (35).

Les "affiches" du dimanche après-midi se confondaient avec celle du samedi soir (N.D.L.R. pas de Ligue 1 ce samedi pour la finale de la Coupe de la Ligue). Toulouse a empoché trois précieux points après son succès face à Montpellier (1-0), la course au maintien est pleinement relancée. Les Héraultais marquent une pause dans leur belle saison, ils se hissent en embuscade derrière les cadors (7ème – 49 points). Dans le même temps, Lorient affrontait Lens, leur nul leur permet de ne pas prendre la place de 18ème et premier relégable, conservée par le Téfécé. La pression passe sur les épaules de Reims qui recule et perd à domicile en Champagne contre à Nice (0-1). Evian s'est incliné à domicile contre Lille. La saison passée, les Lillois avaient accroché le nul 2-2 dans la difficulté en Haute-Savoie - but de Mendes dans les arrêts de jeu -. La dernière rencontre de ce "multi" était un derby, le dernier de la saison pour Rennes. Le SRFC qui s'affiche comme le meilleur club breton (avec ou sans Nantes dans le classement). La réduction à 10 a facilité l'organisation rennaise. Ola Toivonen a donné l'avantage aux Rouge et Noir (de la capitale bretonne), unique but de la rencontre. Les festivités étaient aux rendez-vous, les occasions rennaises aussi. Malgré le soutien indéfectible de leurs supporters, nombreux et bruyants, les Guingampais n'ont pu montré un meilleur visage sur le terrain. Si Nantes bat Lorient chez lui avec au moins 3 buts d'écart, ils seront champions de Bretagne. Suspens.

L'affiche du dimanche soir opposait Marseille à Bordeaux. A Chaban-Delmas, les Girondins se sont imposés sur le plus petit des scores. Son adversaire a multiplié les occasions, l'ancien rennais Romain Alessandrini a vu deux de ses frappes touché les montants de Cédric Carasso. Au retour des vestiaires, c'est non pas les Phocéens mais bien les Girondins qui ont ouvert la marque par l'intermédiaire de Cédric Yambéré. Sur un centre en retrait de Mariano, le défenseur français inscrit son premier but en Ligue 1 ! Marseille cède la troisième place du podium à Monaco. Bordeaux est quand à lui 6ème, en position d'attente pour l'Europe.

Lyon dans un match en retard face à des Bastiais frustrés mais vaillants, s'est imposé 2-0 à Gerland. La situation ne parvenait pas à se décanter jusqu'à ce que l'entraîneur des Gones fasse un choix payant. Il décide de remplacer Nabil Fékir par Yattara. L'ancien angevin marque dans la foulée ! L'autre but est l'oeuvre d'Alexandre Lacazette qui signe à cette occasion son 25ème but de la saison ! Remarquable.

Un arbitrage critiqué avec véhémence

L'image du football français déjà ternie par la triste finale de la Coupe de la Ligue où l'arbitre M.Bastien a malheureusement "tué le match", comme l'indiquait l'entraîneur corse Ghislain Printant qui s'en est pris également au président de la LFP. Cette 32ème journée témoigne de nouvelles erreurs, récurrentes, qui poussent à faire l'éloge du modèle étranger et notamment anglais. Le football en lui-même est déjà différent, beaucoup moins défensif. Nous ne sommes pas loin de la stigmatisation d'un football porté vers l'avant. Aucune logique n'évoque le principe de gagner en marquant au moins un but de plus que l'adversaire, peu importe le nombre de buts encaissés comme aiment le marteler les jours français partis à l'étranger.

Concernant les situations litigieuses, d'abord à Bordeaux où Romain Alessandrini semble bien bousculé par Nicolas Pallois, Monsieur Varela ne bronche pas et n'indique pas le point de pénalty. Cette décision peut faire basculer la partie puisque le score (final) n'excède pas le 1-0. Dans une autre partie serrée, cette fois-ci entre Evian et Lille, Daniel Wass, fauche Sofiane Boufal qui venait de rélaliser un festival sur le côté gauche. L'action paraît se déroulée en dehors de la surface. Le point de pénalty est - cette fois - désigné alors qu'il n'a pas lieu d'être. In fine, Lille s'impose sur ce score. Evian aurait accepté volontiers ce point du nul car une seule longueur sépare les Haut-Savoyards de la zone rouge. Enfin, dans le derby breton, le Guingampais Sambou Yatabaré est expulsé pour une faute sur Cheikh M'Bengue. Celui ci s'est relevé quelques temps après le carton sous les sifflets. Une faute identique, cette fois concédée par le joueur du SRFC Pedro Henrique un peu plus tôt dans la partie ne lui a valu « que » la couleur jaune.

De plus en plus de classements "annexes" apparaissent sur internet, indiquant un classement réel avec le nombre de points dont disposeraient les équipes si elles n'avaient pas été "volées". La 32ème journée du championnat hexagonal, et plus largement ce week-end de football a certainement été un tournant autant (voire plus) dans le débat que dans les incidences sur le classements.

Publié dans Sport

Commenter cet article